Essais et réflexion sur le scow

samedi, 06 février 2021

 

 C'est  en voyant un bateau magnifique : L'Occitane, que je me suis dit qu'à mon humble niveau, je pourrais essayer de faire quelque chose à propos de cette sorte d'étrave, en plus j'ai toujours aimé les bateaux à marotte, alors une marotte avec moins d'angle, le challenge en vaut la peine.

Les essais suivants représentent des expérimentations, ce ne sont que des exercices pour un projet à venir.

 

 

10 gabarit droit scow.JPG

 

Plus la courbe va être serrée, plus ce sera difficile.

Je pars sur un avant de bateau à simples bouchains de 4,5 m.

2 cercles concentriques, le petit en bas (le bateau est construit à l'envers) et le grand en haut, les 2 s'appuient sur une hypothétique cloison inspirée de la Caravelle. A les regarder, on a un bateau plat comme un plat à barbe...

 

11 scow forcé.JPG

 

Comme ça me plaisait qu'à moitié, le plat à barbe, on a monté les demi-cercles sur des charnières afin de leurs donner de la liberté de mouvement. On les a forcé (vers le bas sur la photo) pour donner aux lattes de bois qui formeront le lamellé-collé la double courbure qui donnera de la tonture à notre étrave ronde. Le demi cercle du haut est solidaire de l'autre. Le lamellé pas encore collé semble suivre le mouvement.

 

 

    12 bordage sur scow.JPG

 

Comment bordé la forme? Le premier essai contreplaqué fils parallèle n'a pas aimé du tout, mais fils perpendiculaire, ça passe, c'est du 5 mm, qu'on pourrait mettre en 2 plis. En fait, c'est ni plus ni moins qu'une partie de cône, à simple courbure. Donc sur cette forme, le bordage passe.

 

 

 

13 équerage quille.JPG

 

On a posé un quille (faite avec des chutes de contreplaqué parce que c'est ça qui trainait par là) et on shape la serre de bouchain et la quille pour recevoir le bordage de fond.

 

14 Quille et serre de bouchain cintrée.JPG    15 Collage bordé de fond.JPG

 

 Les surfaces de collage sont suffisantes, les colles utilisées ici sont des colles basiques : c'est un exercice !

 

 

17 premier essai de scow.JPG   18 scow bien cintré.JPG

 

Le fond est maintenant bordé, l'essai est concluant, les formes étaient un peu exagérées, mais, on peut le faire. En fait la difficulté est autour du cintrage de la quille.

 

     20 forcage de l'essai.JPG

 

4,5 m, c'est un peu grand pour un bateau expérimental, essayons de cintrer sur un rayon plus petit. Ca passe, on peut même aller beaucoup plus loin.

 

21 Etuve.JPG    22 Etuve en ordre de chauffe.JPG

 

Le laméllé-collé, c'est bien beau, mais long et cher, avant les colles époxy, on cintrait à l'étuve. Alors construisons une étuve à bois.

Je choisis des planches de coffrage en SAPIN, le résineux avec sa résine ne réagit pas trop à la vapeur, 25 mm d'épaisseur représentent une isolation correcte, et c'est pas cher.

Au fond on a collé des tasseaux avec un angle pour éviter la stagnation de l'eau, les lattes qu'on mettra dedans ne reposeront pas sur le fond. On a fermé la boite, et on a mis une porte à une extrémité basse.

Le générateur de vapeur est un réservoir de décolleuse à papier peint.

 

 

23 la baguette étuvée.png    24 Baguette sur le gabarit.png

 

Premier essai : une latte de frêne de 25mm x 20 mm. Le gabarit est succinct, mais beaucoup plus serré que sur le scow du modèle de 4,5 m

 

 

 

25 Cintrage frêne.png    26 Bois cntré sur mauvais gabarit.png

 

La latte se cintre sans problème, mais le gabarit n'est pas assez élaboré et la forme de la latte est fort discutable.

 

 

27 Baguette de frêne cintré double courbure.JPG

 

Le gabarit bricolé n'a pas tenu, mais il est possible de cintré quelque chose comme une serre, et de la cintrer grave sur une courbure.

 

 

28 Frêne étuve sur gabarit.JPG

 

Mais aussi sur l' AUTRE courbure.

 

La double courbure, c'est ce qui est recherché, avec ces expériences, on va pouvoir concevoir certaines formes que je n'ai pas vues sur les dessins des concepteurs numériques.

 

Il est étonnant de voir comment on peut torturer un bout de bois pour faire les formes qu'on a envie de lui donner, les limites de ces possibilités sont difficiles à atteindre.

 

Est ce que que les programmes DAO ne sont pas capables de les concevoir ou est ce que les opérateurs ne sont pas formés pour ça ? Ou n'osent pas ?

Les bouchains plats, les étraves d'équerre et les tableaux droits, je trouve ça un peu taillé à la hache et sans harmonie avec le milieu dans lequel le bateau évolue : l'eau.

Mais peut être après tout que ça marche mieux pour gagner les courses ?

 

Avant on sculptait un bloc de bois pour faire un demi coque, et on les avait ces doubles courbures, même avec des bouchains.

 

Copie (2) de Bayeux 1 pétante.jpg

 

On ne va pas en rester là, la suite bientôt sur ce site.

 

Gil Molininer charpentier de marine rejoint l'association Cursus Voile et Patrimoine

Gil Molininer charpentier de marine rejoint l'association Cursus Voile et Patrimoine